Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

Association de recherche philosophique et d'action sociale - Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée - Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

Publié le par librepensee06.over-blog.com
Publié dans : #Tribune libre

Par Henri Pena-Ruiz


LaïcitéMaltraitée, adjectivée, caricaturée, la laïcité va si mal qu’elle en devient un thème de racolage électoral à finalité antilaïque. La faute à qui ? Un double coup de gueule s’impose. D’une part contre l’imposture véhiculée par le Front national, d’autre part contre la démission des politiques qui a rendu possible cette imposture. Expliquons-nous.


Premier coup de gueule. Laïque, le Front national ? A d’autres ! Qui n’a cessé de vanter les fondements chrétiens de la civilisation occidentale et de revendiquer pour eux une reconnaissance publique évidemment discriminatoire, puisqu’elle fait silence sur les autres religions et l’humanisme athée ou agnostique? Le Front national, dans sa volonté d’opposer une civilisation à une autre et d’en vanter le particularisme exclusif. D’où l’insistance sur le thème des « racines chrétiennes » qui déracine et stigmatise tous ceux qui ne croient pas en Dieu ou croient en lui autrement. D’où une amnésie sélective et le silence sur les violences perpétrées dans l’occident chrétien, non par la religion, mais par ses clercs si zélés qu’ils ont cru pouvoir envoyer à la mort les hérétiques et « raturer le cerveau de l’humanité » (Victor Hugo dénonçant l’Inquisition).


Simple passé que tout cela ? Allons bon ! Les victimes ont changé, et les institutions cléricales ne manient plus le glaive de fer prêté par le pouvoir temporel qu'elles dominaient, comme le voulait la théorie des « deux glaives » chère à Bernard de Clairvaux, dit Saint Bernard. Reste que les femmes, les homosexuels, les athées, les francs-maçons, et bien d’autres sont encore trop souvent victimes de stigmatisation. L’avortement, la contraception, l’homosexualité, le mariage librement ouvert à tous, sont dans le collimateur du Front national, qui se range aux côtés des intégrismes pour rejeter les émancipations promues par le découplage de la loi commune et du pouvoir religieux.


Ainsi Bruno Gollnisch défend l’idée d’un salaire maternel, sans doute afin que les femmes s’en tiennent à leur rôle traditionnel de femmes au foyer. Avec l'appui de la conférence des évêques allemands, il a fait échouer les propositions émancipatrices, notamment pour les femmes, de la députée portugaise Edite Estrella au parlement européen. Quant au droit élémentaire de donner la vie quand elle le décide, et non pas seulement en situation de détresse, la femme se le voit refuser par Bruno Gollnisch, qui prend à partie sur ce point la ministre des droits de la femme, Najat Vallaud-Belkacem. Drôle de laïcité que celle qui veut maintenir les préjugés patriarcaux sacralisés par les trois monothéismes!


De grâce, cessons d’accorder la label « laïques » à ceux qui n'invoquent la laïcité que pour critiquer les manifestations de l’islam et ne le font jamais pour celles du catholicisme intégriste, comme la Manif pour tous ! Madame Le Pen lance: « Nous n’accepterons aucune exigence religieuse dans les menus des écoles. » Soit. Alors pourquoi ne pas protester contre les menus sans viande du vendredi ? On imagine la réponse traditionnelle du Front national : « C’est notre culture, et nous sommes chez nous ! » Bref, le choc des civilisations. La référence au « chez nous » est inepte, car le “ nous ” est variété, et le « Français de souche » n’existe plus depuis belle lurette. C’est ainsi que s’insinue le geste d’exclusion, ou de discrimination. Accord troublant, sur ce point, avec le Cardinal Vingt-Trois qui écrit: « La place du christianisme dans la tradition française n’est pas la même que celle du bouddhisme ou de l’islam (…) La manière de traiter les religions doit tenir compte de leur apport historique et culturel. » La volonté de privilèges est ici explicite. Madame Le Pen ne dit pas autre chose. On ne peut approuver les ostensions religieuses catholiques sur la voie publique, tout en condamnant les prières musulmanes dans les rues. Dès lors qu'il y a trouble à l'ordre public, la laïcité implique de les interdire toutes les deux.


On n’a jamais entendu le Front National s’indigner des privilèges concordataires en Alsace-Moselle, qui mettent à la charge des contribuables athées ou agnostiques les salaires des prêtres, des rabbins, et des pasteurs. Il reste également muet sur le versement de fonds publics à des écoles privées religieuses. Pourtant de tels privilèges bafouent la laïcité, qui implique l’égalité de traitement des divers croyants et des athées. A quand des écoles privées dont le caractère propre serait la promotion de l'humanisme athée ou maçonnique, financées par la puissance publique? Il n'est pas souhaitable de communautariser l'argent public. Mieux vaut supprimer les privilèges.


 Un second coup de gueule contre certains politiques plus soucieux de flatter les communautarismes que de promouvoir la laïcité et ses exigences. Le clientélisme électoral rend parfois pusillanime. Les convictions sombrent alors devant les ambitions, et ne sont plus attestées que par des hymnes incantatoires à la laïcité, accompagnées de pratiques anti-laïques. Ceux qui pratiquent ce double jeu se reconnaîtront. Ils ne font guère honneur à la politique. De quoi dégoûter les électeurs, s'ils jugent sur les actes et non sur les paroles. On encense la Loi du 9 Décembre 1905 qui interdit le financement public du culte, mais on s'arrange pour la bafouer ou la contourner à des fins électoralistes. Un exemple parmi d'autres: on ne peut se dire laïque en confondant à dessein le culturel et le cultuel pour financer le culte sur fonds publics, et bafouer ainsi le deuxième article de la loi de 1905.


Est-il pourtant si difficile à un maire de refuser d'aider les religions avec l'argent public en expliquant à leurs fidèles que l'argent public doit aller au seul intérêt général? Une politique de logement social, un dispensaire de soins gratuit, un soutien scolaire gratuit, organisés par la commune, feront faire des économies à ces mêmes fidèles, voire les convaincront qu'ils n'ont rien à perdre avec la laïcité, puisque celle-ci leur permet de jouir des services publics universels, et ne laisse à leur charge que le financement de leur culte, affaire privée qui ne saurait peser sur les finances publiques.


Louer un terrain destiné à un lieu de culte pour un euro symbolique par an, c'est appauvrir la commune et par conséquent nuire au bien commun. L'argent ainsi perdu est autant de moins pour les services d'intérêt général. Quant aux cantines publiques, leur seul devoir est de servir des repas diététiques équilibrés, non de respecter les interdits religieux. D'ailleurs le choix entre deux plats principaux relevant d'une telle exigence peut y être généralisé.


Ceux des politiques qui renoncent à faire respecter les lois laïques compromettent la vertu civique en faisant croire qu'il peut y avoir des droits sans devoirs. Aujourd'hui ils assistent effarés à un effet déplorable dont ils sont pourtant la cause. Ils aiment alors brouiller les cartes en affublant la laïcité d’adjectifs destinés à l’édulcorer : « ouverte », « plurielle », « inclusive », etc. Confusion. Parle-t-on de république « ouverte » ? De justice « ouverte », d'égalité « ouverte »? Non bien sûr. Ce recours aux qualificatifs est à l'évidence une tentative de disqualification de la laïcité. Et il aide les politiques opportunistes à travestir leur vénalité en réalisme. La laïcité en ressort affaiblie, et les faiseurs de mensonges renforcés. Ainsi s'ouvre un boulevard à la caricature de laïcité que pratique le FN.


La laïcité est une condition du vivre ensemble, donc une exigence. Il faut avoir le courage de l'affirmer, de la promouvoir par des actes, au lieu de se vendre en achetant les voix des électeurs, et d'en faire cadeau à l'extrême droite.

 

Henri Pena Ruiz, dernier ouvrage paru : Dictionnaire amoureux de la laïcité (Plon)

(sources Médiapart 14/4/2014)

Articles récents

Hébergé par Overblog