Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

Association de recherche philosophique et d'action sociale - Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée - Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

Publié le par librepensee06.over-blog.com
Publié dans : #Tribune libre

par Marc Fromion ( Libre penseur 06)

 

Marc BLONDEL n’est plus…

 

J’ai eu le privilège de le rencontrer longuement plusieurs fois, sans pour autant figurer parmi ses intimes. La disparition de cet éternel engagé survient peu de temps après celle de Pierre Mauroy, homme du Nord comme lui. Ils avaient en commun cette culture ouvrière acquise au fil des années et qu’ils n’avaient jamais reniée.

 

Ma dernière rencontre au cours d’un repas pris en commun à l’occasion d’un Congrès de la Libre Pensée seine-et-marnaise se situe entre 2005/2010. Il était déjà en proie à des problèmes de santé.

 

Je m’attacherai au souvenir de l’homme. J’étais, à chacune de nos rencontres, séduit par sa culture. C’était à lui seul une encyclopédie. Il avait une redoutable connaissance des hommes et des politiques en particulier. C’était un remarquable tacticien ; les représentants du patronat d’alors s’en souviennent. Ce n’est pas lui faire injure de dire que c’était une « grande gueule ». Je ne l’ai jamais entendu parler des communistes autrement qu’en les appelant « les cosaques » ainsi que de la droite selon lui, repères de « calotins » ! Son contact constituait pour moi, un véritable bain de jouvence.

 

Engagé, il était profondément républicain et laïque. Dès 2004, la Libre Pensée pris sous sa direction un nouvel essor ; ses prises de position, tant sur le plan national qu’international lui valurent au sein de notre mouvement le profond respect de tous. Il faisait partie des rares responsables jouissant d’une très grande écoute.

 

Marc Blondel aura marqué notre époque, il nous a transmis son message, celui de continuer son combat. Sa disparition laisse un vide qu’il sera difficile de combler. Les hommes d’un tel niveau pensent très rarement à leur survivance et sont de ce fait difficiles à remplacer. Je crains que cela soit son cas. Puisse l’avenir me démentir.

Articles récents

Hébergé par Overblog