Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

^^^^^^^^^^^^^^Association de recherche philosophique et d'action sociale ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ ^^^^^^^^^^^^^^^^ Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée ^^^^^^^^^^^^^^^^^ ^^^^^^^^^^^^^^^^^^Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Publié par librepensee06.over-blog.com

Qu’est-ce que l’Encyclopédie ?


Page de titre du premier tome
de l’Encyclopédie (1751)

 

En 1751 paraît le premier tome de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, dont Diderot a défini les enjeux en quelques lignes à juste titre mémorables :

Le but d’une Encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre, d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siècles passés n’aient pas été des travaux inutiles pour les siècles qui succéderont ; que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux, et que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain.
(article ENCYCLOPEDIE)

Il ne devait s’agir à l’origine, en 1745, que d’une simple entreprise commerciale de traduction d’un ouvrage anglais à succès, la Cyclopædia d’Ephraim Chambers, parue à Londres en 1728. En 1747, Diderot (1713-1784) et D’Alembert (1717-1783), de réputation encore assez modeste mais d’une ampleur intellectuelle rare, sont chargés de cette édition. Et entre leurs mains tout va changer ! Le Prospectus de l’Encyclopédie, diffusé en 1750, indique la formidable ambition des éditeurs :

Faisons donc pour les siècles à venir ce que nous regrettons que les siècles passés n’aient pas fait pour le nôtre. Nous osons dire que si les anciens eussent exécuté une Encyclopédie comme ils ont exécuté tant de grandes choses, et que ce manuscrit se fût échappé seul de la fameuse bibliothèque d’Alexandrie, il eût été capable de nous consoler de la perte des autres.

Si l’ouvrage anglais tenait en 2 volumes, l’ouvrage français, à travers un processus éditorial complexe, atteindra 28 volumes in-folio (c’est-à-dire de grand format) : 17 volumes d’articles et 11 d’illustrations commentées, les planches.

L’Encyclopédie contient environ 74 000 articles qui furent rédigés pour la plupart au fur et à mesure de l’ordre alphabétique. Éditée par souscription, elle fut distribuée à raison d’un volume par an, tant que sa publication fut autorisée. L’Encyclopédie, diffusée à 4 000 exemplaires, fut la plus grande entreprise éditoriale du xviiie siècle, tant en volume et en capital investi qu’en force humaine employée. Elle connut un vif succès dont témoignent ses multiples contrefaçons et rééditions plus ou moins pirates en France et en Europe.

Si l’accomplissement de « cet ouvrage immense et immortel », pour citer Voltaire, marque avant tout l’ampleur des vues et l’énergie intellectuelle de ses concepteurs, sa publication souleva bourrasques et tempêtes et fut par deux fois interdite.

Nous contacter

Fédération de la libre pensée des Alpes-Maritimes

5 boulevard Saint Georges

06400 CANNES

 

Courriel: librepenseeam@gmail.com

 

Articles récents

Hébergé par Overblog