Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

Association de recherche philosophique et d'action sociale - Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée - Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

Publié le par librepensee06.over-blog.com
Publié dans : #Activités et actions départementales

La Fédération des Alpes-Maritimes de la LIBRE PENSÉE était invitée le samedi 15 octobre 2016 à participer au colloque organisé par « Les Amis de la Liberté » et par la Section de Nice de la Ligue des Droits de l’homme, sur le thème « Qu’est-ce qu’être républicain aujourd’hui ? », et à s’y exprimer es-qualité.

 

Dans la salle de conférence du Relais International de la Jeunesse (CLAJ), dans le cadre bucolique et enchanteur de la colline de Cimiez, une soixantaine de militant(e)s était venu écouter au cours de la matinée :

·       Sophie WAHNICH, Professeure d’histoire, directrice de recherche à l’EHESS, sur le thème : « Être républicain en 1792, 1793, en 1795 – Trois manières d’être au monde et de penses ses liens »,

·       Jean-Fabien SPITZ, Professeur de philosophie politique à Paris I, sur le thème : « Qui veut sauver le modèle social français ? – Réflexion sur une République en péril »

L’après-midi, une table ronde a permis de prolonger les débats de la matinée ; le président de la FDLP.06, Pierre-Jean FAUGIER a exposé pendant une vingtaine de minutes les idées forces de la Fédération de LA LIBRE PENSÉE sur la question posée lors de ce colloque, et les actions qu’elle a conduites, et continue de conduire sur le terrain.

Bon succès d’audience, et une FDLP.06 de plus en visible et audible dans un contexte local fortement perturbé. Belle occasion aussi de renforcer nos liens avec les Organisations « amies », et de nouer de nouveaux contacts avec des responsables d’autres Organisations proches.

Notre discours prononcé par notre président au cours de ce colloque:

QU'EST-CE QU'ÊTRE RÉPUBLICAIN AUJOURD'HUI ?

 

En proclamant l'égalité des droits, la Révolution française a mis à bas le système féodal qui était profondément inégalitaire, avec le monarque de droit divin au sommet de la pyramide, et les 3 ordres immuables, dont les ordres privilégiés qui représentent moins de 2% de la population. C'est le communautarisme par excellence et la subsidiarité absolue, le monarque ne conservant que les fonctions régaliennes, l'éducation et la santé étant confiées à l'église et à la charité et même la levée de l'impôt était confiée aux fermiers généraux.

Ce bouleversement considérable a été le produit des Lumières et du rejet de la monarchie de droit divin et du même coup de l'Église liée à l'ancien régime.

L'Église qui pendant plus d'un siècle va dire non à la République, non aux Droits de l'homme, oui à la monarchie et retour à l'ancien régime. Le Vatican condamne la Déclaration des Droits en indiquant qu'elle « chasse Dieu de la société », ce qui est parfaitement exact.

C'est justement pour résister à l'oppression cléricale que les premiers cercles de la Libre Pensée sont apparus en 1848 avec les banquets républicains, pour la liberté de conscience, par la rencontre de militants du mouvement républicain et ouvrier naissant qui se fixaient pour but la laïcité de l'école et de l'État et la lutte intransigeante contre l'oppression religieuse.

 

Être républicain aujourd'hui, c'est donc poursuivre ce combat pour sauvegarder la liberté de conscience !

 

Définissons d'abord ce qu'est la liberté de conscience : c'est bien sûr la liberté religieuse, celle de croire ou de ne pas croire, celle de changer de religion, ou d'abandonner sa religion, mais c'est bien plus que cela : c'est la totale liberté de ses choix idéologiques, philosophiques, politiques...et cette liberté implique nécessairement l'extériorisation de ses convictions, qu'il s'agisse de l'exercice d'un culte ou de l'expression individuelle de ses convictions.

C'est la Déclaration des droits de l'homme du 26 août 1789 qui a énoncé les principes de la liberté de conscience dans son :

Art 10 : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.

Mais il a fallu attendre 116 ans de lutte contre le cléricalisme pour que la Troisième République inscrive dans le droit positif ces principes énoncés dans cet art 10  avec la loi de 1905 dite de séparation des Églises et de l'État dont je vous rappelle qu'elle a été portée sur les fonts baptismaux par les libres penseurs : c'est Ferdinand Buisson , président de l'ANLP qui prépare le projet de loi dont le rapporteur est Aristide Briand lui aussi éminent libre penseur.

Art 1 : la République garantit la liberté de conscience ;

C'est donc une loi de liberté, liberté de penser, liberté de religion, liberté des cultes (art 32 de la loi),

Art 2 : la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ;

La République se donne enfin les moyens de la liberté de conscience, c'est la séparation du spirituel et du civil, c'est l'avènement plein et entier de la République.Elle assure le libre exercice des cultes-ce qui est la démocratie-mais elle impose à l'État une stricte neutralité vis-à-vis des religions.

C'est ce que nous appelons la laïcité institutionnelle : dans la sphère publique, L’État , les services publics, les administrations , les élus doivent rester neutres dans l'exercice de leurs fonctions.

En revanche, tout le reste , c'est la sphère privée (ou l'espace public au sens de l'espace commun) : liberté totale de penser pour l'ensemble des citoyens où qu'ils soient ,dans la rue, dans les transports, sur la plage...

NB . Au travail , la manifestation des convictions religieuses peut être limitée ou interdite par le règlement intérieur si la nature de la tâche à accomplir le justifie et à condition que la limitation soit proportionnée au but recherché.

Et bien sûr, aujourd'hui, tout le monde se déclare laïque ! La loi de 1905 est une loi de liberté et on voit tous les jours de grands laïques édicter des interdictions de s'exprimer, de pratiquer son culte, de s'habiller comme on le souhaite au nom de la laïcité ! Vous avez sans doute remarqué que depuis quelques décennies, ces interdictions touchent quasiment toujours une religion particulière...

Alors soyons clairs : nous, libres penseurs, considérons les religions comme l'une des principales sources d'oppression et d'obscurantisme de l'humanité. Au nom de leur dieu, toutes les religions monothéistes ont massacré et opprimé les peuples, en particulier les femmes (voir l'ouvrage collectif : « Les religions contre les femmes ») ont mis des interdits sur la sexualité et la procréation, sur la connaissance pour maintenir leur contrôle sur les consciences.Elles ont toutes prêché la soumission au nom du péché originel, promettant le bonheur dans un pseudo paradis post mortem !

Nous estimons nous, libres penseurs, que l'homme doit conquérir son bonheur de son vivant.

Nous réfutons tous les dogmes et toute vérité révélée.

Mais un choix s'est posé au moment du vote de cette loi de séparation : République laïque ou République athée ? La république laïque, c'est le respect des consciences, la République athée, c'est la persécution !

Aristide Briand répond à Maurice Allard qui demandait que l'État interdise les pratiques religieuses : « Une loi n'a jamais pu, heureusement, réussir à réduire les individus, encore moins leur pensée, à l'impuissance ».

On ne triomphe pas d'un dogme par la répression, on ne triomphe de l'obscurantisme que par la raison.

Et les libres penseurs ont tous voté la loi de séparation !

Alors qu'en est-il aujourd'hui du respect de cette loi de séparation ?

Les autorités publiques s'emploient à gommer cette distinction entre les sphères publiques et privées au détriment de la liberté de conscience des citoyens, et ce, de 2 façons :

     -tantôt elles entendent ouvrir un espace aux religions dans le champ du politique , selon un mode inspiré des pratiques concordataires avec par exemple :

Tentatives d'organisation des religions par l'État, en particulier de la religion islamique : depuis presque 30 ans, tous les ministres de l'Intérieur ont le même fantasme, régenter le culte musulman en créant un islam DE France avec la formation des imams, et toutes débouchent d'ailleurs sur des échecs, vu la multitude de courants contradictoires et la multiplicité des origines ethniques qui sont organisées comme autant de relais d'États cherchant à préserver leurs pouvoirs d'influence ;

Maintien du concordat en Alsace-Moselle où l'État paye comme des fonctionnaires les clergés de 4 religions « officielles » : c'est le modèle pour tous les anti-laïques à étendre à l'ensemble du territoire en y incluant la religion islamique ;

Appels aux religions « établies » pour faire respecter les « valeurs » de notre civilisation inspirée de la tradition judéo-chrétienne... « Soyez assuré de mon engagement dans la promotion des valeurs qui nous rassemblent au sein de la nation... » message de soutien de David Lisnard au clergé cannois.

La Libre Pensée condamne toutes les tentatives d'organisation des religions par l'État et combat pour l'abrogation du concordat d'Alsace-Moselle. La République est une et indivisible, égalité des droits sur tout le territoire !

     -tantôt elles tentent d'imposer dans la sphère privée l'obligation de neutralité :

Baby-Loup : notre fédération nationale a écrit beaucoup sur cette affaire qui a enflammé la média sphère et le monde politique à propos d'un banal contentieux de droit du travail et il nous a fallu expliquer et rappeler ce qu'est la laïcité à tous ceux qui entendent imposer la neutralité religieuse à tous les salariés afin d'introduire, sans le dire, une discrimination à l'égard des travailleurs de confession musulmane.

Foulards à l'université : vouloir interdire le port de vêtements religieux ou autres, au sein des universités, c'est remettre en cause une liberté démocratique pluricentenaire. Ce sont les franchises universitaires qui interdisent l'entrée des forces de police dans les facultés.

Longueur des robes, burkini : tout çà au nom de la laïcité, bien sûr.

Pour nous, être républicain aujourd'hui, c'est donc combattre toutes ces remises en cause de la liberté de conscience par tous les moyens dont nous disposons :

1/ Saisine des juridictions en vue de faire respecter les termes de la loi de 1905, notamment ceux des art 2 (financement public des cultes) et 28 (prohibant la présence de signes ou emblèmes religieux sur le domaine public) :

Pour citer les affaires les plus récentes, notre fédération de Limoges a obtenu l'annulation de la subvention pour les ostensions limousines, celle de Haute-Savoie le retrait de la vierge de Publier du domaine public, statue de Jean-Paul II sur la place publique à Ploermel...

Plusieurs instances ont été menées contre la présence de crèches catholiques dans les bâtiments publics, et la FNLP a saisi le Conseil d'État qui doit se pencher bientôt sur les décisions contradictoires des Cours d'Appel de Melun et de Vendée.

Pour notre part, nous avons écrit à Ciotti qui a fait installer une crèche dans les locaux du Conseil Général et notre ami et membre de notre bureau départemental, G FAYE, l'a fait condamner pour une subvention accordée à une association cultuelle ;

2/ Interpeller les élus qui ne respectent pas la neutralité républicaine : nous avons écrit à plusieurs maires du département dont le point commun est d'appeler leurs administrés à des cérémonies religieuses et nous avons demandé au Préfet un entretien suite à ces multiples atteintes à la loi de séparation :

TABAROT (3) - LISNARD (2) - PEYMEINADE - MENTON - CAGNES - GINESY-CIOTTI

3/ Interpellation des parlementaires appelés à se prononcer sur un texte : récemment, analyse critique de l'art 6 de la loi El Khomri, reprise d'ailleurs par l'Observatoire de la laïcité, loi offrant aux employeurs la possibilité de limiter la liberté de conscience de l'ensemble des salariés d'une entreprise au motif (nouveau) du bon fonctionnement de celle-ci ;

4/ Étude approfondie d'une situation à la manière du colloque Islam et laïcité dont nous avons édité les actes ;

Être républicain, c'est bien sûr défendre le pilier de la République, l'école laïque :

 

La connaissance est la base de la liberté de conscience .

Il n'y a qu'une seule école de la République : l'école publique, gratuite et ouverte à tous les enfants sans aucune distinction !

L'école de la République ne doit-elle pas être la seule à recevoir des fonds publics ?

Le respect réel de la loi du 9 décembre 1905 exige la fin du financement public de l'Église catholique et de sa principale œuvre:l'enseignement privé.

 

En 2016, l'État et les collectivités locales vont verser plus de 10 milliards à l'enseignement privé à 97% confessionnel !

En 1991, le Pape Jean-Paul II déclarait : « La personne de chacun, dans ses besoins matériels et spirituels, est au centre de l'enseignement de Jésus:c'est pour cela que la promotion de la personne humaine est le but de l'école catholique »

Extraits du nouveau règlement de l'Enseignement catholique adopté en juin 2013 par la Conférence des Évêques de France : « Aujourd'hui comme hier, l'école catholique accomplit la mission que lui a confiée le Christ, travailler à faire connaître la Bonne Nouvelle du Salut.(...) L'école catholique remplit son rôle public qui ne nait pas comme initiative privée mais comme expression de la réalité

ecclésiale, de la communauté de la foi et participe à la construction de la cité ».

Toutes les écoles catholiques sont sous l'autorité de l'Évêque, l'école privée est donc une « institution religieuse, un instrument de reproduction et d'influence sur la société ».

Alors que les églises se vident, l'épiscopat entend reconquérir l'espace public avec la diffusion de son message religieux à travers son enseignement confessionnel. La loi Debré a sauvé l'Église et ses établissements de profession de foi qui dépérissaient inexorablement. C'est un véritable détournement de fonds et une véritable concurrence déloyale contre l'enseignement public.

Nous nous battons pour l'abrogation de la loi Debré, mère de toutes les lois anti-laïques !

Fonds publics réservés exclusivement à l'école publique !

Pour la Libre Pensée, le serment de Vincennes est toujours d'actualité.

C'est dans ce but que notre Fédération Nationale a décidé d'organiser une manifestation nationale à Paris pour le 5 décembre 2015, date anniversaire des 110 ans de la loi de Séparation, sur ces mots d'ordre, en proposant aux organisations laïques et aux syndicats d'y appeler avec nous, tout en étant totalement libres de leurs mots d'ordre.

Cette manifestation a été interdite suite aux attentats du 13 novembre et nous avons pu organiser en urgence un meeting salle Japy à Paris qui a été un succès incontestable, avec la participation de la Ligue de l'enseignement, de la LDH, de la Confédération FO, de la FERC-CGT, de l'Union rationaliste, de l'ADMD, de Laîcité-Liberté avec 2500 participants.

C'est une étape importante du combat permanent de la Libre Pensée pour l'abrogation de la loi Debré.

Nous pourrions parler aussi des réformes récentes (rythmes scolaires, réforme Peillon, réforme des collèges) qui ont toutes pour effet d'éclater l'école républicaine par renforcement des pouvoirs locaux ou régionaux, instauration de l'autonomie des établissements, entrée dans l'école de groupes de pression économiques, idéologiques, religieux...tout çà au nom de « l'éducation à la citoyenneté ».

Pour rester laïque, l'école publique doit rester nationale !

 

Être républicain aujourd'hui, c'est défendre les libertés dans tous les domaines !

 

1/ Défendre la liberté pour la recherche scientifique : 5 colloques récents dont 3 internationaux sur les problèmes dits de bioéthique (Barcelone, Thessalonique, Lille, Varsovie, Amiens) ;

2/ Oui à la GPA (gestation pour autrui), légalisation de l'aide à mourir et/ou du suicide assisté ;

3/ Liberté de dire NON sous l'uniforme : la Libre Pensée se réclame depuis toujours de l'antimilitarisme internationaliste et pacifiste. Elle condamne toutes les guerres impérialistes et les « opérations extérieures » qui ne sont que les relents de conquêtes colonialistes.Nous réaffirmons le principe fondamental du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Nous nous battons depuis plus de 20 ans pour la réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple et appelons à des rassemblements devant les monuments pacifistes autour du 11 novembre dans toute la France : plus de 120 rassemblements en 2015, appelés souvent en commun avec la LDH, l'ARAC, le Mouvement de la Paix, l'Union Pacifiste et parfois des syndicats CGT et FO.

33 conseils généraux ont voté pour cette réhabilitation collective et plus de 2000 communes, dont içi celle de Peille et de Saorge.

Après les dérobades et les reniements de nos 2 derniers présidents de la République, nous considérons que c'est désormais aux citoyens de ce pays-qui sont aussi la République-de proclamer cette réhabilitation collective qui sera enfin réalisée sous la forme d'un monument national érigé sur la ligne de front. Une association s'est créée dans ce but et elle a lancé une souscription et fait appel à des sculpteurs qui ont soumis différents projets dont 2 permettent de traduire l'aspiration majoritaire de l'opinion publique pour cette réhabilitation.

Dans le 06, nous sommes allés à PEILLE le 11 novembre depuis 6 ans et nous irons à CLANS cette année où ressort l'inscription au bas du monument apposé sous le porche de l'église : «  Maudits soient les responsables de la guerre et honneur à ceux qui ont travaillé pour la paix » Nous irons devant ce monument vers 15h après notre repas fraternel à l'auberge du village. Discours et chants pacifistes accompagnés de notre saxophoniste.

Enfin, nous tiendrons une conférence à la fac de lettres de Nice prévue pour le 24 novembre pour cette réhabilitation des fusillés pour l'exemple.

Je vous remercie ainsi que les organisateurs qui nous ont permis de nous exprimer aujourd'hui.

 

 

NOUS ÉTIONS AU FESTIVAL DU LIVRE DE MOUANS-SARTOUX : EXCELLENT CRU 2016 !

Nos activités départementales

Notre stand était centré sur l'abrogation de la loi Debré et le respect de la loi de 1905 et comportait nos ouvrages récents bien visibles.

Cette année encore, beaucoup de visiteurs découvrent notre existence et souhaitent être informés de nos activités .  

MERCI et BRAVO à tous ceux qui ont pu participer à la préparation de notre stand et à sa tenue active pendant les 3 journées du Festival.

Articles récents

Hébergé par Overblog