Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

Association de recherche philosophique et d'action sociale - Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée - Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

Publié le par librepensee06.over-blog.com
Ceci n'est pas une République.

Ceci n'est pas une République.

 

 

La Fédération nationale de la Libre Pensée informe :

Communiqué de la Libre Pensée de Moselle

 

A propos de la création du Comité Inter religieux de Moselle

 

 

Depuis 1905, la République française est laïque

 

L’article 1er de la loi de 1905 stipule : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public »

 

L’article 2 affirme solennellement : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

 

C’est pourquoi la Fédération de la Libre Pensée de la Moselle proteste vigoureusement contre l’initiative prise par le préfet de Moselle, M. Nacer Meddah, de créer un « Comité inter religieux de Moselle  » avec les représentants des cultes reconnus et non reconnus de Moselle.

 

Le Préfet a pour rôle de faire respecter les lois, il est le garant de l’État et des valeurs de la République dont la laïcité, la neutralité s’impose à sa fonction. En apparaissant ainsi aux côtés des autorités religieuses, paré de ses habits de haut fonctionnaire, M. Nacer Meddah indique implicitement que la politique de l’État vis à vis des citoyens serait de les encourager à modifier leurs attitudes vis à vis de ces communautés religieuses, « vivre ensemble » et attentats terroristes obligent… Monsieur le Préfet se croit sans doute revenu sous le Consulat et sous Bonaparte.

 

C’est une image forte qui ne peut que marquer les esprits de la multitude des citoyens qui composent la société en Moselle. Ainsi, chacun d’entre nous est donc invité pour le moins à se reconnaître ou à se sentir représenté par un des chefs de communautés membres du comité inter religieux, et pour le plus à s’incorporer dans l’une ou l’autre des options religieuses présentée comme conforme au « vivre ensemble ».

 

Cela fait écho au discours ambiant après les meurtres odieux de janvier. Les citoyens sont appelés à rester dans leur communauté d’appartenance religieuse réelle ou supposée. Les chefs religieux deviennent ainsi les représentants légitimes des citoyens. C’est le concordat généralisé à la République. Que deviennent alors les athées, les agnostiques et les libres penseurs dans un tel système ? Des citoyens de seconde zone ?

 

L’initiative est d’autant plus condamnable qu’elle vise à permettre aux religions de remettre les pieds dans des lieux comme la Préfecture, représentant le pouvoir républicain, séparé des Églises depuis 1905. Le rôle de M. le Préfet, représentant de la République, est de veiller à ce que le libre exercice des cultes ne trouble pas l’ordre public, et non pas de s’ériger en médiateur des communautés religieuses et en promoteur du communautarisme.

 

Le communautarisme, addition d’intérêts religieux particuliers, est la négation de la concorde civile entre citoyens libres et égaux en droits voulue par la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905.

 

Le préfet doit veiller au respect de l’égalité des droits entre citoyens, pas à la promotion des cultes sur la place publique et dans la presse. La politique inter religieuse ne lui appartient pas. Elle relève des seules religions elles-mêmes. L’État chez lui, les religions chez elles.

Ainsi, sous couvert de « vivre ensemble » les représentants des cultes seraient autorisés par Monsieur Le Préfet à intervenir en milieu « scolaire, carcéral, hospitalier … » en vue de « changer les regards sur les religions » !

 

De quel droit le préfet patronne-t-il une opération cléricale qui vise à manipuler et modifier les consciences citoyennes en vue de ’relancer un printemps des religions », en vue d’enrayer l’inexorable sécularisation rationnelle qui affecte les croyances religieuses, les dogmes et les cultes ? « Printemps » terme particulièrement chargé de sens depuis qu’il a été utilisé pour nommer le mouvement des peuples qui sont venus à bout de Ben Ali et autres Moubarak, dirigeants tyranniques. La République laïque, dénoncée comme « laïcarde » par des élus d’un large éventail politique devrait-elle subir le même sort ?

 

Le Préfet bafoue officiellement le principe de neutralité et de Séparation de l’État en vigueur depuis plus d’un siècle. Il le fait pour les cultes aujourd’hui, demain dictera-t-il aux agnostiques et non-croyants les principes de morale qu’ils devraient adopter pour un meilleur « vivre ensemble » ? Les non-croyants, les athées, les agnostiques, les libres penseurs, les citoyens qui ne se reconnaissent pas dans ces cultes devraient-ils quitter la Moselle pour se sentir chez eux au risque de passer pour des adversaires d’un « vivre ensemble » bien particulier préconisé par M. Le Préfet !!!

 

Dès lors, la proposition des cultes « d’abandonner le délit de blasphème  » apparaît sous un tout autre jour, il ne s’agit en fait que d’épouser l’émotion ambiante pour mieux réaffirmer une situation concordataire élargie des cultes catholique, protestants, juif, aux cultes musulman et orthodoxe, en attendant une généralisation, qui n’en doutons pas, aura une prétention beaucoup plus importante sur un plan politique et géographique.

 

On ne cesse de nous parler de laïcité, mais ce que le Préfet de Moselle fait, c’est non seulement le maintien du statut clérical d’exception d’Alsace-Moselle, mais c’est son renforcement et son extension aux religions orthodoxes et à l’Islam. C’est-à-dire la négation même de la laïcité garantie par la loi de Séparation des Églises et de l’État.

 

Les victimes des attentats terroristes de Paris subissent aujourd’hui la double peine : eux qui ont toujours défendu la République laïque, sont non seulement les victimes de leur liberté de conscience et d’expression, mais sont utilisés post-mortem au service de manipulations inter-cléricales initiées, menées et coordonnées par un préfet de la République ! Dans un pays laïque, le préfet ne peut être un organisateur du dialogue inter-religieux ni un promoteur des cultes. Il doit agit au compte de tous les citoyens.

 

[rouge] La Fédération nationale de la Libre Pensée ne laissera pas faire. Elle a décidé de saisir le Ministre de l’Intérieur et l’Observatoire de la laïcité afin qu’elle rappelle à l’ordre les responsables publics afin que soit mis un terme à ces violations de la liberté de conscience des citoyens et de la laïcité.

 

La Fédération nationale de la Libre Pensée répond par avance « aux bonnes âmes » qui ne manqueront pas de dire que cela se passe en terre concordataire. L’Est républicain informe en date du 23 janvier 2015, que le Préfet de Meurthe-et-Moselle a pris une initiative similaire à Nancy, qui n’est pas en terre concordataire. Il s’agit bien d’une offensive généralisée du cléricalisme contre la loi de 1905 en utilisant odieusement et indignement les victimes des barbares attentats de janvier 2015.

 

En voici la preuve:

Les Religions au secours de la République!

Les Religions au secours de la République!

Articles récents

Hébergé par Overblog