Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

Association de recherche philosophique et d'action sociale - Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée - Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

Publié le par librepensee06.over-blog.com

Avec calme et sérénité, mais avec fermeté et détermination, le Bureau de la Fédération départementale de LA LIBRE PENSÉE des Alpes-Maritimes vient de s’adresser au Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes, pour lui demander de retirer de l’enceinte publique la (les) crèche(s) qu’il a choisi d’y faire placer ; dans le prolongement, le Bureau de la FDLP.06 demande au Préfet des Alpes-Maritimes, en vertu des Pouvoirs qui lui sont attribués en sa qualité de représentant de l’État, de faire appliquer la Loi par l’Élu contrevenant précité.

Eric Ciotti a fait installer  une crèche au conseil général des Alpes-Maritimes

Notre lettre au président du Conseil général:

 

 

Monsieur le Président du CONSEIL GÉNÉRAL

         147 Boulevard du Mercantour

                                                         C.A.D.A.M.  -  B.P. 3007

                                                         06201  NICE Cedex 3

 

                                                                                  Cannes, le 9 décembre 2014

 

                 

Monsieur le Président du Conseil Général,

 

        Nous apprenons par le Journal Nice-Matin du 8 décembre que vous avez décidé de mettre une crèche offerte par les organisateurs du circuit des crèches de Lucéram dans le hall d’un bâtiment public, siège du Conseil Général ; ce faisant vous contrevenez à la Loi, notamment la Loi de séparation des Églises et de l’État !

 

        Les crèches de Lucéram sont fabriquées collectivement par les habitants de ce beau village, elles sont le fruit d’un art populaire.

 

        Une exposition à caractère culturel et artistique est une chose. En revanche, votre geste s’inscrit dans cette affaire dite des « crèches de Noël », authentique provocation politique contre le caractère laïque de la République.

 

        Vous ne pouvez ignorer, M. le Président du Conseil Général, l’Article 1er de la Constitution du 4 octobre 1958 : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».

 

        Vous ne pouvez ignorer l’Article 1er de la loi du 9 décembre 1905 concernant la Séparation des Églises et de l’État : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public ».

 

        Ni davantage l’article 28 de la même loi : « Il est interdit, à l’avenir d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires ainsi que des musées ou expositions. »

 

        La crèche que vous venez d'installer dans le hall de l'hôtel du département pour les fêtes de Noël représente, par son contenu qui illustre la naissance de Jésus-Christ, et sa concomitance avec les préparatifs de la fête chrétienne de la nativité, un emblème religieux spécifique dont la symbolique dépasse la simple représentation traditionnelle familiale et populaire de cette période de fête.

 

        En installant cette crèche chrétienne, cet emblème religieux dans un lieu public, dans une collectivité publique, vous bafouez la liberté de conscience, assurée à tous les citoyens par la République, vous ignorez la nécessaire neutralité du service public à l'égard des cultes quels qu'ils soient. 

 

        Le Conseil général ne doit être l'expression d'aucune religion. Les conseillers généraux sont élus au suffrage universel par tous les citoyens, qu'ils aient ou non une religion, qu'ils soient athées, libres penseurs ou agnostiques. En choisissant de mettre en valeur une religion, vous remettez en cause la loi de la République, et votre attitude peut être source de conflits.

 

         Vous ne respectez pas les principes de la loi de 1905, vous violez la Laïcité républicaine, vous  montez une provocation communautariste contre la République !

 

        Pour la Libre Pensée, les choses sont simples. La liberté de conscience implique que chacun fait ce qu’il veut, où il veut. Mais dans les locaux de la République, c’est la neutralité.

 

           C’est pourquoi, Monsieur le Président du Conseil Général, la Fédération départementale de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes en appelle à la Raison et au calme, et vous invite à retirer dès à présent cette crèche; elle vous invite à vous en tenir aux prescriptions de la Loi (dont les Élus de la République sont les garants).

 

            La Fédération départementale de la Libre Pensée va d’ailleurs s’adresser au Préfet  pour lui demander de faire respecter la loi du 9 décembre 1905.

 

            Veuillez  agréer, Monsieur le Président du Conseil Général, nos salutations laïques et républicaines.

 

                                      FÉDÉRATION de LA LIBRE PENSÉE

                                      des Alpes-Maritimes (FDLP.06)

                                      5 Bd Saint-Georges 06400 CANNES

 

 

 

.

 

Notre lettre au Préfet des Alpes-Maritimes:

 

 

Le 10 Décembre 2014

 

Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes

C.A.D.A.M.

147 Boulevard du Mercantour

06286 NICE Cedex 3

 

 

 

 

OBJET  : Demande d’application de la Loi

 

Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes,

 

Veuillez trouver sous ce pli copie du courrier que nous adressons ce jour à Monsieur le Président du Conseil Général des  Alpes-Maritimes pour lui demander de  retirer des bâtiments du Conseil Général tout insigne ou symbole religieux, notamment en ce qui concerne la crèche offerte par les organisateurs du circuit des crèches de LUCÉRAM, et celle qu’il a lui-même décidé d’implanter dans ces mêmes lieux (Cf. le journal NICE-MATIN du 10.12.2014).

 

Monsieur le Préfet, en votre qualité de représentant de l’État dans le département des Alpes- Maritimes, et garant de l’ordre républicain, la Fédération départementale de la LIBRE PENSÉE des Alpes-Maritimes vous demande d’intervenir  auprès de Monsieur le Président du Conseil Général du département pour qu’il s’en tienne à la simple application de la Loi en matière de Laïcité.

 

Restant à votre disposition pour éventuellement parfaire cette requête, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de nos sentiments laïques et républicains.

 

FÉDÉRATION de LA LIBRE PENSÉE

des Alpes-Maritimes (FDLP.06)

5 Bd Saint-Georges 06400 CANNES

Articles récents

Hébergé par Overblog