Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fédération de la Libre Pensée des Alpes-Maritimes

Association de recherche philosophique et d'action sociale - Adhérente à la fédération nationale de la Libre Pensée - Ni dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

Publié le par librepensee06.over-blog.com
Publié dans : #Communiqués nationaux

Que celui qui n’a jamais péché me jette la première pierre.

 

Au début de La Bible (Genèse, 16), se voyant stérile, Saraï (la princesse) met une femme féconde dans le lit de son vieil époux Abram. Il s’agit de l’une de ses servantes, l’Égyptienne Agar, qui devient plus tard la mère d’Ismaël. Toutefois, sur l’instant, Saraï éprouve de la jalousie envers Agar lorsque celle-ci se trouve enceinte. Laissée libre d’agir à son gré par Abram, Saraï humilie alors Agar qui prend la fuite. Au milieu du désert, Elohim ordonne néanmoins à Agar de retourner auprès de sa maîtresse et de donner à Abram l’enfant Ismaël que Saraï ne pouvait concevoir. Le récit biblique a ainsi envisagé la gestation pour autrui, pratiquée sous la contrainte, mais avec la bénédiction de l’Éternel qui enjoint à Agar de remettre à Abram et Saraï l’enfant qu’elle a porté pour eux.

 

Treize ans plus tard, après l’avoir renommé Abraham, l’Éternel annonce au patriarche, comme l’avaient déjà fait trois anges venus en éclaireurs, qu’il sera, bien qu’âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, encore très prolifique afin de créer de nombreuses nations. Il lui révèle que son épouse Saraï, devenue Sara, quatre-vingt-dix ans au compteur, donnera naissance à un fils, Isaac, l’année suivante (Genèse, 18). Sara rit en son for intérieur, certaine qu’elle est incapable de désir sexuel, ni de procréer. Adonaï lui en fait reproche et lui dit qu’elle a tort de persifler, même en silence : l’enfant Isaac verra bien le jour à la date annoncée.

 

La scène se déroule avant le départ pour Sodome, la ville de toutes les débauches. La Bible vient de concevoir la procréation assistée, sinon médicalement du moins divinement. Le départ vers Sodome peut même laisser penser à un lecteur imaginatif que cette émancipation des processus biologiques spontanés pourrait être offerte aux barons de Charlus qui demeurent dans cette ville de toutes les transgressions. Heureusement, Elohim veille au grain : Sodome, comme Gomorrhe, sera détruite sous une pluie « de soufre et de feu ».

 

En un temps où la nature n’est pas encore domestiquée autant qu’aujourd’hui, La Bible retient donc l’hypothèse d’une possible génération des enfants en dehors des voies habituelles. La combinaison des deux épisodes de la Genèse qui viennent d’être rappelés ouvre même une porte qu’il n’est pas dans notre intention de franchir pour le moment : des femmes ménopausées, comme celles auxquelles un médecin italien avide d’argent a accepté de transplanter un embryon, pourraient devenir des mères porteuses.

 

Les adeptes des trois religions du Livre qui poussent des cris d’orfraie devant la demande de généralisation de la procréation médicalement assistée (PMA) et de légalisation de la gestation pour autrui (GPA) devraient donc relire leurs classiques et leurs épigones mécréants, encore inféodés aux Églises de tous ordres, y réfléchir à deux fois avant de s’en offusquer.

 

Dominique Goussot

Articles récents

Hébergé par Overblog